Journée Internationale des Droits des Femmes : où en sont les Inégalités au Travail ?

Des progrès importants ont été faits au cours de la dernière décennie sur la façon dont les entreprises abordent l’inégalité entre les sexes. Cependant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour mettre fin à ces inégalités.

Les données sur l’écart de rémunération entre les sexes révèlent les facteurs qui font que les femmes gagnent moins que les hommes, un constat qui concerne tous les marchés et tous les secteurs d’activité. Il faudra du temps pour combler cet écart et les progrès ne seront pas linéaires.

Quels sont les derniers chiffres sur les écarts de rémunération ? Quel a été l’impact de la crise sanitaire, et le travail flexible aide-t-il à réduire les inégalités ?

Qu’est-ce que l’écart de rémunération ?

Commençons par examiner exactement ce qu’est l’écart de rémunération entre les sexes. Il existe une différence marquée entre « écart de rémunération » et « égalité de rémunération« .

  • L’écart de rémunération est la différence en pourcentage entre les salaires horaires moyens des hommes et des femmes.
  • L’égalité de rémunération est une exigence légale selon laquelle les hommes et les femmes doivent être payés de la même façon pour le même poste.

Cela signifie qu’il est possible qu’une entreprise présente un écart de rémunération entre les hommes et les femmes si une majorité d’hommes occupent des postes de haut niveau, bien qu’elle paie les employés masculins et féminins le même montant pour des fonctions similaires.

Pourquoi ces différences existent-elles ?

De nombreux facteurs entrent en jeu. On peut tout d’abord observer que les femmes ont tendance à davantage s’occuper des enfants et des personnes âgées dans leur famille. Les femmes assumant ces responsabilités sont ainsi plus susceptibles d’occuper des postes à temps partiel, généralement moins bien payés et offrant moins de possibilités de promotion.

La discrimination explique également l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a constaté qu’une nouvelle mère sur neuf était soit licenciée, remplacée ou se sentait obligée de quitter son emploi car elle était mise à l’écart. Cela peut créer un écart d’expérience, qui se traduit par des salaires plus bas lorsque les femmes reprennent le travail.

Les points clés à retenir :

  • Les femmes sont globalement moins bien payées et cet écart est encore plus marqué en période de crise économique.
  • Les entreprises dont les dirigeants sont issus de milieux différents sont plus performantes.
  • Adopter le travail flexible améliore la pratique de la diversité.

Un problème au niveau mondial

A travers le monde, les femmes gagnent en moyenne 23% moins que les hommes. En France, à temps de travail équivalent, elles touchent 16,8 % moins que les hommes. Plus on s’élève sur l’échelle des salaires, plus les écarts entre femmes et hommes sont grands.

Source: leanin

Pour la sixième année consécutive, les femmes continuent de perdre du terrain au niveau de la première étape vers des fonctions de management. En conséquence, les femmes restent nettement moins nombreuses que les hommes dans les postes de direction de premier échelon (38 % de femmes contre 62 % d’hommes, soit une amélioration de seulement 1 % en 5 ans).

A travers le monde, les femmes gagnent en moyenne 23% moins que les hommes. Cliquez pour tweeter

La pandémie a changé les choses

La pandémie de coronavirus pourrait faire revenir 25 ans en arrière sur le plan des inégalités, selon ONU Femmes. Même avant la pandémie, les femmes effectuaient environ trois quarts des 16 milliards d’heures de travail non rémunéré. Pour chaque heure de travail non rémunéré effectuée par les hommes, trois heures étaient effectuées par les femmes. Aujourd’hui, ce chiffre est encore plus élevé.

Les bénéfices de la diversité des genres en entreprise

Une étude McKinsey montre que les entreprises du premier quartile pour la diversité des genres dans les équipes de direction avaient 25 % plus de chances d’avoir une rentabilité supérieure à la moyenne, par rapport aux entreprises du quatrième quartile.

Plus la représentation des femmes est importante à tous les niveaux hiérarchiques, plus la probabilité de surperformance est élevée. Les entreprises comptant plus de 30% de femmes parmi leurs cadres supérieurs avaient plus de chances de dépasser celles dont la proportion se situait entre 10 et 30 %.

Par conséquent, la promotion des femmes à des postes de direction a un impact significatif sur les résultats et le sentiment des actionnaires.

Le travail flexible aide à réduire l’écart

En premier lieu, la généralisation du télétravail a permis de « dégenrer » cette pratique: en 2010, en France, seuls 9% des salariés télétravaillaient régulièrement, dont 93% de femmes. En 2019, 29% des salariés travaillaient à distance, dont 47% de femmes. 

Le télétravail peut contribuer à réduire les inégalités, en permettant des changements sur le plan des responsabilités familiales. Le travail à distance peut en effet permettre aux femmes de mieux combiner travail et vie personnelle. Il est notamment plus facile d’aménager ses horaires de travail. Avec la généralisation du télétravail, les hommes peuvent également prendre davantage de tâches en charge.

Nous pouvons observer que les femmes sont moins nombreuses dans les fonctions de management. Les femmes qui reviennent d’une interruption de carrière gagnent environ un tiers de moins que leurs homologues masculins, ce qui représente une baisse de salaire considérable. La présence des femmes diminue à mesure que les salaires augmentent. Un travail flexible et bien conçu permet de réduire cet écart, en permettant notamment aux femmes de continuer à participer aux conseils d’administration.

Il est essentiel de normaliser le télétravail en augmentant son utilisation à tous les niveaux hiérarchiques. Cela permettra de remettre en question le stéréotype des femmes et de permettre à davantage d’hommes de travailler de manière flexible, pour partager les responsabilités de soins de manière plus égale avec leurs partenaires.

Auteur

    Adrien est Content & PR Manager chez RingCentral. A travers différents formats, il développe des contenus pour aider les entreprises à mieux collaborer et à fournir une excellente expérience client. Lorsqu’il n’est pas occupé à écrire, vous le trouverez en train de lire les dernières actualités du secteur ou de collaborer avec des experts du digital.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *